•  

    Quelques livres en route .

    J’ai toujours plusieurs livres en cours , certains penseront une sale manie,non cela me convient et depuis toujours.

    Il m’arrive d’en dévorer d’une seule traite ,et ce sont souvent les plus gros en nombres de pages.

    Donc ;

    Tant que je serai noire de Maya Angelou :

     

    Figure emblématique de l’histoire des Etats –Unis, Maya Angelou s’est engagée corps et âmes dans le xx siécle américain.

    Ce livre débute en 1957 lorsque , décidée à devenir écrivain,elle part avec son fils ,Guy,pour rejoindre Harlem épicentre de l’activité intellectuelle des Noirs américains.

    Elle participe aux bouleversements de l’ époque et rencontre des artistes comme Billie Holiday, James Baldwin,et les leaders du mouvement des droits civiques, Malcolm X , et Martin Luther King.

    Enfin conquise par Vusumzi Make,elle se bat pour la liberté des Noirs d’ Afrique du Sud, elle part vivre en Afrique , théâtre des luttes anticolonialistes, où elle devient journaliste.

    Ce récit autobiographique dessine le portrait d’ une femme exceptionnelle qui a intégré, jusqu’ au cœur de sa vie intime, une véritable révolution mondiale, culturelle et politique

    J’aime *****

     

     

    Le Bûcher des vanités de Tom Wolfe

    Le Bûcher des vanités est la plus sinistre ,la plus drôle , la plus juste des présentations de la vie new-yorkaise…Il s’avale avec  un qui plaisir ne dément pas –Nicole Zand ,Le Monde

    Succés phénoménale aux Etats –Unis ,voilà un pavé qui n’a pas fini de ricocher !..C’est THE roman sur cette ville est ses épicentres mondialement nerveux ; la Bourse et les conflits raciaux..L’ argent ,la politque , la presse, la justice ,le courage, et la lâcheté ,du grand spectacle en Cinémascope –Véronique Le Normand , Marie-Claire

    Chauchemardesque, fascinant , drôle et passionnant , le Bûcher des vanités s’impose sans doute comme le livre qu’il faut avoir lu  sur ‘’  la ville moderne ‘’ par excellence – Patrick de Jacquelot , Les Echos .

     

     

     

     

    Le premier amour est toujours le dernier de Tahar Ben Jelloun

    Note de l’écrivain ;

    Le premier amour est toujours le dernier .

    Dans mon pays ,il y a quelque chose de brisé dans les relations entre l’ homme et la femme.

    Au sein du couple ,il n’y a pas d’ harmonie.L’ amour est le reflet d’une grande violence.Il est trop souvent confondu avec la sexualité .Alors que la femme dit qu’il n’y a pas de sexualité sans amour, l’ homme lui répond : pas forcément.

    Ce livre raconte le déséquilibre et les malentendus entre l’ homme et la femme arabes.

    Les histoires qu’on y trouve ne parlent que d’amour, c’est à dire de solitude , de secret et d’incompréhension.

    Et puis ce besoin d’amour devient vite une recherche sur soi, car pour aimer l’ autre ,pour donner, il faut s’aimer soi-même.

    Ce n’est pas si simple, dans un pays où la tradition et la religion aident surtout l’homme à asseoir sa petite puissance ,alors même que rien ne peut s’y faire sans la femme . Tahar Ben Jelloun .

    Je suis en pleine lecture ..

    En gare de Poitiers, pour passer le temps je suis allée au Relais et voici mes achats régionaux :

    La séquestrée de Poitiers, de Viviane Janouin-Benanti

    Une histoire réelle ,je vous en parlerais plus tard et aussi pour mes petits

    Poitiers raconté aux enfants de Christine Hablot  & Juillette Quill

     Les amies , j'ai un réel problème avec mes images, je viens d' oter celles de mes bouquins, je ne sais pas comment les mettre entre mes lignes ,elles sont toutes en début de billet !

     

    http://data0.eklablog.com/icioula24voyage/mod_article48713740_502bc989e6344.jpg

    « En LeCtUrE CeT éTéLe jOuR sE lEvE sUR La cArAïBe »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :